Ars brevis vita longa

Géopolitique de l’insécurité |19.12.2010| par William Türler

Posted in société by sweetsweetzerland on 19/12/2010


[photo: Catherine Cochard, Rio de Janeiro, décembre 2010]

En lisant les commentaires et en visionnant les images des récents événements survenus à Rio (l’armée envoyée pour « nettoyer » les favelas des narcos), je partais au Brésil en me disant que j’allais retrouver un pays au bord de la guerre civile.

Or, en trois semaines sur place, pas la moindre alerte, bien au contraire. La seule tension s’est produite au départ, dans le train de 5 heures du matin pour Genève-aéroport.

Pas de militaires, d’escadrons de la mort, de dealers ou de voitures en feu. Mais des ados ivres morts qui ont bouché de vomi les toilettes, une bagarre entre une dizaine de mecs bourrés et surexcités ayant nécessité l’intervention de deux agents de sécurité (visiblement en sous-effectif), le tout conduisant à un malaise généralisé du côté des passagers (certains fuyaient en se couvrant le visage le wagon où les agents avaient utilisé du spray au poivre sur certains castagneurs) et au désarroi mêlé de terreur de la part des deux employées chargées du contrôle des tickets. L’une d’elle nous fit d’ailleurs remarquer avec dépit que ces scènes se reproduisaient toutes les fins de semaine sur leur « lieu de travail ».

Après un arrêt prolongé à Nyon où la police locale a interpelé les fauteurs de trouble, un dernier événement vint couronner cet hallucinant trajet matinal. Un homme d’affaires asiatique venait de se faire voler son porte-monnaie et s’exclamait en anglais que Genève devenait une « pretty dangerous town ».

En résumé: n’hésitez pas à relativiser ce que raconte la presse sur l’insécurité en Amérique du sud et évitez – par-dessus tout! – les premiers trains helvétiques du week-end au petit matin.

Commentaires fermés sur Géopolitique de l’insécurité |19.12.2010| par William Türler