Ars brevis vita longa

Skateboarding is not a crime |17.11.2010| par Catherine Cochard

Posted in mode, société by sweetsweetzerland on 17/11/2010

Les preuves abondent pour confirmer l’éternelle hype du skateboard. Jackass, le programme de MTV dans lequel les protagonistes savaient au minimum rider le bitume, revient en 3D au cinéma. Même si on peine à comprendre ce que la tridimension peut réellement apporter de plus aux cascades de la bande à Johnny Knoxville, nombreux trentenaires d’aujourd’hui se réjouiront de retrouver le rendez-vous hebdomadaire de leur adulescence, un rendez-vous qui participa à imposer de manière globale le « skateboard way of life ». Et côté musique, il est de bon ton de truffer ses lyrics de références et autres hommages marqués à la planche à roulettes, à l’instar de Pharell et Uffie (pour ne citer qu’eux).

Dans un registre un peu différent, le 20 octobre 2010, Tracks – l’émission culte de Arte – diffusait un reportage de France Swimberge et Matthieu Brunel intitulé « Freak Skaters – Riders à la cool ». Un documentaire tourné à Los Angeles sur les adeptes de la planche qui ressuscitent le free spirit de la fin des 60’s, c’est-à-dire le skate des origines, celui inventé par les surfeurs pour se détendre lorsque le temps ne leur permettait pas de se faire quelques vagues. Figure tutélaire de ce retour de cool: Patrick Melcher, rider très décontracté. Une décontration qu’on soupçonne d’être en partie due au fait qu’il ne lui reste plus qu’un seul attribut mâle suite à un terrible accident de rampe.

Dernièrement, c’est Hermès qui a dû flairer le bon filon du skate. Dans une vidéo, la marque laisse deux doigts sur une planche à roulettes (« finger skateboarding » pour les connaisseurs) rider ses accessoires. Sûrement un bon moyen pour la marque de s’adresser aux trentenaires et quadragénaires nostalgiques de leur grip. Pas sûr que Patrick Melcher – aussi relax soit-il – trouve cette réappropriation marchande très cool…

Commentaires fermés sur Skateboarding is not a crime |17.11.2010| par Catherine Cochard