Ars brevis vita longa

+ Noémie Doge le 25 septembre 2010 Musée FMR La Nuit des Musées 2010 Lausanne

Posted in ., arts by sweetsweetzerland on 24/09/2010

1- Pourriez-vous décrire votre oeuvre?

Une série d’objets colorés fixés à plat sur le mur. Des objets composés d’hexagones et de pentagones cousus ensembles, un crochet en argent en guise de fermoir. Des matériaux qui ressemblent à de la porcelaine émaillée mais qui sont en fait des morceaux de ballons de foot usagés trouvés, échangés de par le monde: de la Suisse, au Japon en passant par la Mongolie, la Chine, la Bolivie, les Etats-Unis…

2- Quelles sont les références auxquelles vous faites appel?

Beaucoup d’artistes et quelques écrivains.
J’aime la force visuelle des oeuvres de Jean Dubuffet, indépendante de la préciosité des matériaux et de la technique.
J’aime les collections que s’invente Annette Messager.

Je me nourris des textes de Bouvier et Kerouac.

Mon travail sur les ballons implique aussi une logique du troc et du don qui est un écho rafraîchissant aux logiques mercantiles.

3- De quelle manière aimeriez-vous que votre oeuvre soit perçue?

J’aime mélanger les styles. Des ballons de foot utilisés comme des oeuvres accrochées au mur, ou au corps. Des hexagones polis, usés par la terre, magnifiés par les coups de pieds. Des morceaux de ballons qui sont aussi des parures venant d’un autre temps.

J’aime lorsque mon travail surprend; lorsque, incrédules, les gens s’approchent pour essayer de comprendre ce que sont ces drôles d’objets. Mais la surprise ne suffit pas : j’essaie de faire de belles choses, ou plutôt de révéler la beauté des choses, celle des petits riens qui nous entourent au quotidien.

En revanche, je déteste être enfermée dans des catégories: – bijoux – beaux-arts – décoratif – corporel – contemporain. Ce qui caractérise l’art d’aujourd’hui, et pas seulement mon travail, c’est précisément de fonctionner à plusieurs niveaux.

4- Quelle est la part intime de votre œuvre?

Grande et discrète : je me raconte sans cesse des histoires à travers mes pièces. C’est même la condition pour qu’elle fonctionnent. Mais je ne me les raconte qu’à moi-même. Chaque regardeur doit s’inventer les siennes. Mon travail est directement lié aux choses importantes de ma vie intime, mais il ne doit pas être explicite sur ce point.

+ NOEMIE DOGE le 25 septembre 2010

Musée FMR
La Nuit des Musées 2010
Lausanne
info: http://www.lanuitdesmusees.ch/2010/

Commentaires fermés sur + Noémie Doge le 25 septembre 2010 Musée FMR La Nuit des Musées 2010 Lausanne