Ars brevis vita longa

+ Sara van der Heide jusqu’au 17 juillet 2010 Lullin+Ferrari Zurich

Posted in ., arts by sweetsweetzerland on 08/06/2010

The Beginning II, 200x150 cm, 2010, oil paint on linen
The Beginning II, 200×150 cm, 2010, oil paint on linen
Light, Purple, White, Green and Yellow, 2010, black ink + pencil on paper, 30x30cm
Light, Purple, White, Green and Yellow, 2010, black ink + pencil on paper, 30x30cm
From the beginning till the end and everything in between, black ink on paper, 35x48cm
From the beginning till the end and everything in between, black ink on paper, 35x48cm

Sara van der Heide est née en 1977 à Busan, au Corée du Sud. Elle vit et travaille à Amsterdam où elle a suivi des études aux Beaux-Arts, avant de poursuive avec une résidence en 2006-2007 à New York.

1- Pourriez-vous décrire votre oeuvre?
Il s’agit d’un recueil de réflexions que je porte sur les origines et le sens. Ce travail est aussi une sorte de tentative pour attraper les instants de contemplation pour en saisir la beauté intrinsèque. Tous mes travaux appartiennent à des séries. Des séries qui chacune débute par une idée et le concept derrière cette exposition c’est de donner corps à des questions relatives aux grandes problématiques de la vie comme : « D’où venons-nous et où allons-nous? Et pourquoi sommes nous ici? » Ces pensées existentielles sont à la fois essentielles mais en même temps je crois qu’il ne faut pas chercher à y répondre dans l’absolu. Dans l’Histoire (de l’art notamment) le modernisme avait des réponses claires à ces questions, presque des réponses religieuses à ces interrogations mais qui ont prouvé ensuite ne pas donner suffisamment de réponse, être insatisfaisantes. Ces réponses concises, carrées, me fascinent et m’effraient simultanément. Les pièces que j’expose consistent en une combinaison de peintures à l’huile et des travaux sur papier. Certaines de ces oeuvres sur papier ne figurent que des textes écrits à l’encre noir.

2- Quelles sont les références auxquelles vous faites appel?
Il en existe de nombreuses, certaines plus évidentes que d’autres. Je ne m’intéresse pas uniquement à la manière de capturer dans mes tableaux des pensées éphémères. Mais en même temps, l’histoire de la peinture pèse lourd sur mon travail. Ainsi, on peut trouver dans mes travaux des références au modernisme, au féminisme mais aussi au courant pictural du Color Field. Pour moi une des principales questions que je souhaite adresser c’est la manière dont on traite de la Nature opposée à la culture, deux antithèses qui s’opposent, un peu comme la danse moderne.

3- De quelle manière aimeriez-vous que votre oeuvre soit perçue?
Mes travaux sont pour moi des monuments de moments (et c’est aussi le sous-titre de l’exposition). Mais je peux imaginer que la première chose qui vient à l’esprit lorsqu’on cherche à décrire mon travail ce sont les couleurs, beaucoup de couleurs, des couleurs partout, des peintures très colorées. Alors peut être qu’ensuite les gens peuvent lire dans mon travail certaines références (énoncées précédemment). Mais cela ne dépend pas de moi, je ne peux pas décider de ce que les spectateurs de mes pièces vont vouloir voir ou rire. Je pense qu’il est parfois nécessaire de passer beaucoup de temps avec les oeuvres pour pouvoir en faire une expérience vraiment complète. C’est une posture classique mais qui reste cependant vraie. Heureusement j’ai remarqué que mes peintures ne partagent aucun gène avec la photographie ou Internet.

4- Quelle est la part intime de votre œuvre?
Le travail Beginning II en tant que tel . Il n’y a pas besoin de plus d’explications.

jusqu’au 17 juillet 2010
Sara van der Heide – From the Beginning till the End and Everything in Between
Lullin+Ferrari
Limmatstrasse 214
8005 Zurich
+41 (0) 43 205 26 07

www.lullinferrari.com

www.saravanderheide.nl

Commentaires fermés sur + Sara van der Heide jusqu’au 17 juillet 2010 Lullin+Ferrari Zurich