Ars brevis vita longa

+ Rob Montgomery jusqu’au 10 juillet 2010 Cars & Bikes Analix Forever Genève

Posted in ., arts by sweetsweetzerland on 20/05/2010



Poétique et mélancolique, le travail de Robert Montgomery adopte une posture post-situationniste. Depuis 2005, il poursuit la série Word In The City At Night, où, en écho au concept situationniste du détournement, il détourne des espaces publicitaires dans la ville, souvent illégalement. Il parasite ces panneaux lumineux en les recouvrant d’austères affiches noires. Sur cet espace, il écrit en lettres blanches des textes, qui sont à la fois des poèmes et une plongée dans l’inconscient collectif. Ces affiches parlent de la vie contemporaine, de la société actuelle, et se destinent aux pendulaires qui ne savent pas qu’il s’agit d’art.

1- Pourriez-vous décrire votre oeuvre?
Des textes en majuscules blanches inscrits sur des affiches noires, sortes de poèmes à l’attention des passants.

2- Quelles sont les références auxquelles vous faites appel?
Mes références sont:
– Guy Debord, ses théories et l’idée situationniste du détournement, de la subversion des signes et structures de la ville pour créer une nouvelle signification, pour humaniser l’espace urbain.

– Une certaine poésie (Guillaume Apollinaire, André Breton, Phillip Larkin, Sylvia Plath, Ted Hughes, Allen Ginsberg, John Ashbery)

– certains artistes comme Joseph Beuys, Jenny Holzer, Felix Gonzalex Torres, Alighiero Boetti. Et pour ce qui est de mes dessins: Agnès Martin et Eva Hesse.

3- De quelle manière aimeriez-vous que votre oeuvre soit perçue?
J’aime l’idée que les passants qui voient mon travail ne se rendent pas compte qu’il s’agit d’art. D’ailleurs pour ressentir mes pièces, nul n’est besoin de connaître l’Histoire de l’Art. Mon plus grand plaisir c’est lorsque des personnes étrangères au milieu de l’art sont touchés par mon travail. Récemment, j’ai mis sur pieds une installation au De La Warr Pavilion dans le Sud de l’Angleterre avec Martin Creed. Ma pièce se trouvait d’abord à l’extérieur de l’institution, sur la promenade au bord de la plage.
Il s’agissait d’une pièce qui absorbait la lumière durant la journée et la recyclait la nuit pour éclairer les mots d’un texte qui disait en substance que les personnes qu’on aime deviennent des fantômes qui vivent à l’intérieur de chacun, toute la vie durant. Lorsque j’ai déplacé la pièce pour l’installer à l’intérieur, une femme issue de la classe ouvrière est venue me voir et m’a dit qu’elle n’était jamais entrée dans la galerie mais que lorsqu’elle avait vu ma sculpture en promenant son chien, celle-ci l’avait tellement touchée qu’elle allait revenir le lendemain avec un appareil photo pour prendre en photo ma pièce. Elle voulait s’en souvenir, alors je l’ai reconstruite à l’extérieur pour qu’elle puisse la prendre en photo et ainsi se souvenir également de ses proches disparus.
Je trouve fabuleux que mon travail puisse parler de cette façon-là à des personnes que je ne connais pas. Et c’est ce genre d’échanges que je m’efforce de produire. Il ne s’agit pas de ma vie mais bien de celle des spectateurs.

4- Quelle est la part intime de votre œuvre?
Des éléments universels qui consistent simplement à se demander ce que cela fait de vivre et d’être imprégné au plus profond de son être par cette culture capitaliste ou quelle que soit la façon de la définir. Mes textes évoquent souvent les signes extérieurs de la société. Ainsi de : « THE SPECTACLE OF ADVERTISING CREATES IMAGES OF FALSE BEAUTY SO SUAVE AND SO IMPOSSIBLE TO ATTAIN THAT YOU WILL HURT INSIDE AND NEVER EVEN KNOW WHERE THE HURT COMES FROM, AND IN ALL PICTURES NOW THE FAMOUS PEOPLE HAVE ALREADY BEGUN TO LOOK LOST AND LONELY » (en français: Le spectacle publicitaire crée l’image d’une beauté irréelle si suave et impossible à atteindre mais qui te fera souffrir sans même que tu puisses savoir d’où vient ta peine. Et dans toutes ces images les personnes célèbres semblent déjà perdus et seuls au monde.) J’aimerais que mon travail soit simultanément intime et publique.

jusqu’au 10 juillet 2010
Rob Montgomery – Cars & Bikes
Analix Forever
Rue de l’Arquebuse, 25
CH – 1204 Genève

tél. +41 22 329 17 09

www.analix-forever.com

www.robertmontgomery.org

Commentaires fermés sur + Rob Montgomery jusqu’au 10 juillet 2010 Cars & Bikes Analix Forever Genève