Ars brevis vita longa

+ Mathieu Bernard-Reymond jusqu’au 5 mai 2010 Quai N°1 Vevey

Posted in ., arts by sweetsweetzerland on 19/03/2010



Mathieu Bernard-Reymond est né en France, à Gap, dans les Hautes Alpes. Il a suivi des études de lettres, de journalisme et de photographie en France et en Suisse. Il vit et travaille actuellement à Lausanne.

1- Pourriez-vous décrire votre oeuvre?
Six pyramides en tuiles de tailles différentes sont photographiées de manière centrée dans un paysage lacustre ou marin. L’eau est calme, on distingue des montagnes ou des collines à l’horizon derrière l’air légèrement brumeux. Le titre de l’image est : « China Air and water pollution 2001 and 2006 ».

Dans Monuments, il y a un doute sur ce qu’il faut penser de ces formes issues de graphiques économiques posées dans le paysage. Faut-il les voir comme des verrues à banir, des formes plastiques séduisantes, des désastres écologiques? La poétique ambigüe est pour moi la proposition optimale. J’ai commencé ce travail en 2005. Je cherchais à exploiter la plastique tout à fait curieuse et intéressante des graphiques et statistiques économiques. On peut en effet considérer ces objets comme des ébauches de plans, des maquettes pouvant donner lieux à de véritables bâtiments. La photographie à ceci de pratique qu’elle me permet de construire virtuellement ces lieux et d’en explorer les vertus solides. J’ai donc débuté ce travail sans propos conceptuel préalable.

2- Quelles sont les références auxquelles vous faites appel?
Je ne crois que très peu en cette théorie qui consiste à penser que les artistes savent ce qu’ils font dès le départ. Au contraire, c’est l’exploration de l’inconnu, des métaphores et des déplacements de sens qui permet de faire surgir des thèmes pertinents. Pour ce travail, les thèmes suivants se sont rapidement imposés: plasticité des graphiques, formes concrètes de l’économie, impact environnemental de l’économie, caractère prospectif ou divinatoire de l’économie, apparente solidité et réelle volatilité de ses lois…

Le Land Art, Serra, James Turrell aussi: toutes ces références ont bien évidemment nourri Monuments. On m’a souvent suggéré de réaliser in-situ les formes suggérées par ce travail. Ce pourrait être intéressant, même totalement hors de mes moyens! Et il s’agit aussi de faire référence à l’architecture: certaines images pourraient être prises pour des reproductions de bâtiments existants. On peut générer des formes architecturales à partir de statistiques, certains le font. C’est aussi cela qui m’interesse: je peux utiliser la liberté dont je dispose en tant que plasticien pour générer des formes que les architectes ne peuvent pas se permettre, mais dont ils s’inspirent certainement. C’est aussi une des raisons pour lesquelles je m’intéresse à l’architecture.

3- De quelle manière aimeriez-vous que votre oeuvre soit perçue?
Pour moi il n’y a pas de lecture idéale. Si ce n’est que j’espère que les formes plastiques d’abord très présentes deviennent porteuses de sens ou d’interrogations chez le spectateur. Il est important que les images soient à un moment donné mises en relation avec leur titre qui est aussi le titre du graphique dont elles sont tirées.

4- Quelle est la part intime de votre œuvre?
Le plus évident serait probablement l’atmosphère assez calme et simple que j’utilise souvent dans mes compositions. Je pense que cela reflète certains traits de ma personnalité, même si cela a finalement peu d’importance au niveau du produit fini. C’est un moyen par lequel je m’exprime.

jusqu’au 5 mai 2010

Mathieu Bernard-Reymond
GALERIE QUAI N°1
Place de la Gare 3
1800 Vevey
www.quai1.ch

www.monsieurmathieu.com

Commentaires fermés sur + Mathieu Bernard-Reymond jusqu’au 5 mai 2010 Quai N°1 Vevey