Ars brevis vita longa

+ Michal Skoda jusqu’au 21 mars 2010 Composite Visions CAN Neuchâtel

Posted in ., arts by sweetsweetzerland on 06/02/2010


Hebel_121 Basel


Né en 1962 à Tabor (CZ), Michal Skoda vit et travaille à Sobeslav en République Tchèque. Son travail est exposé principalement en Europe (Belgique, Allemagne, République Tchèque, Hollande), dans des expositions de groupe ou en solo.

1- Pourriez-vous décrire votre oeuvre?
Mon travail s’applique à traduire ma relation personnelle à l’espace. L’espace en tant que territoire infini de propositions et surtout l’espace de la ville et son architecture qui – à mon sens – sont autant d’affirmations sur la notion même d’espace. Mais je ne cherche pas à évoquer la perception physique de l’espace, plutôt de montrer comment l’espace et l’architecture peuvent être perçus comme une composition visuelle, une séquence de rencontres entre des individus et des objets.
L’architecture, les arts visuels, le design, la music, les sons, le texte, la poésie ou encore les films: ces éléments semblent interconnectés, ils peuvent tous être observés, lus ou écoutés. La question que je soulève est celle de la frontière entre ces éléments distincts, d’un point de vue culturel, artistique, esthétique ou social.

2- Quelles sont les références auxquelles vous faites appel?
Je ne cherche pas à reproduire fidèlement mon environnement. Ce qui m’intéresse c’est de créer des situations nouvelles qui intègrent tout ce que je perçois et ressens, mon idée de l’esthétique. Les principales caractéristiques de mon travail sont la simplicité, l’austerité, la propreté, l’ordre, les relations et la communication. Je me concentre sur les interférences. Les règles de géométrie régissent mon travail et constituent mon outil, non mon objectif. Je m’intéresse à la stratification, aux éléments qui se touchent, s’interpénètrent, au vide, à la satiété, à la saturation, à l’idée de vider le vide…

3- De quelle manière aimeriez-vous que votre oeuvre soit perçue?
La période artistique qui me semble la plus essentielle, c’est la Modernité. Pour autant, je ne cherche pas à m’incrire dans ce courant: je veux seulement en explorer les possibilités et les transposer dans l’époque actuelle.
La création peut se définir selon moi par des processus qui prennent forme et produisent des effets les uns sur les autres. C’est une attitude conceptuelle. Il s’agit de fondre en une seule chose des techniques, des perceptions, de transformer des idées en une forme visuelle. Et de créer un langage complexe qui parle de la rencontre de ces concepts.
Peu importe le médium – objet, image, peinture murale, photographie, mon activité de curateur – tout est lié, aucune de mes activités ne peut être isolée.
En tant qu’individu, nous sommes intégrés à un espace de communication. La structure de ce système prend racine au coeur de la culture. Chaque endroit, chaque espace se définit par sa mesure, sa lumière, ses matériaux, mais aussi par les relations entre ces éléments. Je m’intéresse aux transitions qui mènent d’une espace de possibilités réelles à un espace de réalités possibles. Nous nous noyons dans une quantité gigantesque d’informations. Je recherche les espaces vides, vierges de cette sur-information. Je cherche à habiter ces espaces en friche, à offrir de nouvelles relations entre les moments, les objets, les bâtiments.

4- Quelle est la part intime de votre oeuvre?
L’espace m’offre une abondance de moments, questions et sujets d’étude. La création prend forme aussi bien dans la réalisation formelle que dans la non-réalisation, c’est à dire même la réflexion est une création. De l’idée à l’objet exposé, chaque élément appartient à la fois à ma personne et à mon oeuvre.

jusqu’au 21 mars 2010
Michal Skoda
COMPOSITE VISIONS
CAN – CENTRE D’ART NEUCHÂTEL
37, rue des Moulins
CH-2000 Neuchâtel
T : 032 724 01 60

www.can.ch

Commentaires fermés sur + Michal Skoda jusqu’au 21 mars 2010 Composite Visions CAN Neuchâtel