Ars brevis vita longa

+ Andreas Marti jusqu’au 3 février 2010 VFO Zurich

Posted in ., arts by sweetsweetzerland on 03/01/2010


Nach der Ortung 2009 Lithographie 54 x 97 cm


Andreas Marti naît en 1967 à Zurich. Il vit et travaille à Zurich. Son travail a été présenté dans de nombreuses expositions en Suisse et en Italie.
Son travail a été couronné par différents prix.

1-Pourriez-vous décrire votre oeuvre?
Il s’agit d’une sorte de paysage, d’une surface étrange, d’un horizon qui disparaît au lointain, et au milieu de cette image se trouvent des objets plus distincts, qui tentent de décrire, de dire quelque chose au regardeur, de lui exposer avec objectivité un fait. Mais par cette volonté de vouloir expliquer et montrer quelque chose, ces objets-là rendent l’image plus confuse que lisible.
Cette image, imprimée en tant que lithographie, représente en fait la surface de graphite d’un crayon, deux mille fois agrandie grâce à l’utilisation d’un instrument de haute technologie, le SEM-Microscope (Scanning Electron Microscope, SEM). L’utilisation de cet appareil confère à cette photographie une vérité scientifique et de ce fait, le spectateur ne peut que croire à cette image, à sa réalité. Le rajout d’éléments dessinés à la main vient brouiller la qualité scientifique de l’image.

2- Quelles sont les références auxquelles vous faites appel?
Ce travail fait référence à la science et soulève des question d’ordre philosophique sur la vérité, l’interprétation et la lecture d’une image. L’idée de pouvoir lire l’illisible, ou de visualiser l’invisible, pour ensuite l’interpréter consiste en le fil rouge de ma réflexion.

3- De quelle manière aimeriez-vous que votre oeuvre soit perçue?
Il n’y a pas une façon unique de la lire. Il y a le travail, son titre et le récepteur de cette oeuvre, c’est à dire l’individu, le spectateur. Tout le reste consiste en la confrontation de ces trois entités. Et j’espère que ce résultat n’est surtout pas uniforme!

4. Quelle est la part intime de votre œuvre, les éléments personnels sous-jacents ?
La volonté de pouvoir observer les choses dans toute leur objectivité, dans toute leur vérité, d’être fasciné par cette idée tout en réalisant l’impossibilité d’une vision totalement objective, l’impossibilité en tant que regardeur de considérer les images avec la même objectivité qu’un appareil scientifique.

jusqu’au 3 février 2010

Andreas MartiVFO – Zürich
Verena Conzett-Strasse 7
CH – 8004 Zürich

T: +44 241 53 00
F: +44 241 53 13

www.vfo.ch

www.andreasmarti.ch

Commentaires fermés sur + Andreas Marti jusqu’au 3 février 2010 VFO Zurich