Ars brevis vita longa

+ Daniel Canogar jusqu’au 15 janvier 2010 galerie Guy Bärtschi Genève

Posted in ., arts by sweetsweetzerland on 10/12/2009


vue de l'installation Pneuma 5


Né à Madrid en 1964, Daniel Canogar vit et travaille dans la capitale espagnole. Il a étudié la communication visuelle à la Complutense University, puis a obtenu un master en photographie à la NYU/ICP en 1990. Lauréat de nombreuses bourses d’artistes et résidences, il expose à travers le monde. Son travail a notamment été présenté à la Fundación Arte y Tecnología de Madrid, à la Galería Estrany de la Mota à Barcelone, chez Art + Public Gallery à Genève, à l’Espace d’Art Yvonamor Palix à Paris, à Axe Neo-7 à Québec, à l’Artist Space de New York, au Museo Alejandro Otero de Caracas ou encore au Hamburger Banhof Musuem in Berlin.

1-Pourriez-vous décrire votre oeuvre?

Dans mon travail, je m’intéresse aux anciennes technologies et j’essaie de les faire revivre. Ici, il s’agit d’une animation vidéo projetée par en-dessous sur des câbles de téléphone que j’ai trouvé dans une décharge. L’effet produit ainsi comme des étincelles de courant, comme s’il s’agissait de l’électricité qui passait à travers ces fils électroniques auparavant.

2- Quelles sont les références auxquelles vous faites appel?

Mon projet est présenté sur un piédestal sembable à ceux utilisés dans les musées d’archéologie pour exposer des objets anciens et précieux. Comme ses pièces antiques, “Pneuma 5” est une trace, un vestige de temps anciens et révolus, il possède en quelque sorte une valeur historique quasi identique pour les générations futures.

3- De quelle manière aimeriez-vous que votre oeuvre soit perçue?

Pour moi, l’art est un médium et donc, en tant que tel, il est créateur de relation, il crée un lien entre l’objet et ses spectateurs. Je ne recherche pas une lecture en particulier, mais plutôt une multitude d’interprétations. Mon but consiste à ce que le spectateur soit enchanté par la magie de l’effet visuel et qu’il se mette à réfléchir et méditer sur les ambivalences entre ce qui est vivant et ce qui est mort.

4- Quelle est la part intime de votre oeuvre, les éléments personnels?

Ces câbles et connexions téléphoniques font appel à des parties imaginaires de l’organisme humain, par exemple au cerveau et à toutes ses connexions, ou au système nerveux central. Je cherche à créer ainsi des associations entre mon travail et la sphère intime du corps humain.

Vidéo de l’exposition chez Guy Bärtschi, « Pneuma 5 », 2009

www.danielcanogar.com

jusqu’au 15 janvier 2010
Galerie Guy Bärtschi
3a, rue du Vieux Billard
CH-1205 Genève
T. +41 22 310 00 13
www.bartschi.ch

Commentaires fermés sur + Daniel Canogar jusqu’au 15 janvier 2010 galerie Guy Bärtschi Genève