Ars brevis vita longa

+ Lalie Schewadron jusqu’au 30 janvier 2010 galerie Lucy Mackintosh Lausanne

Posted in ., arts by sweetsweetzerland on 07/12/2009


Slippery, 2009 / Video still, Plexiglas, Light Box / 53 cm X 134 cm


Née en 1971, Lalie Schewadron vit et travaille entre Boston et Lausanne. Après un Master des Beaux-Arts de Central St Martins University of the Arts à Londres, elle complète son cursus avec un Master en Science du Management à l’université de Boston, Massachusetts. Finaliste du Celeste Painting Prize en 2006, elle remporte le concours Drawing Conclusion de l’ArtSEEN journal en 2007. Elle a notamment exposé son travail au MPG Contemporary Boston, à la Collins Gallery de Glasgow lors du Helen Keller International Award et plus récemment chez Lucy Mackintosh à Lausanne (la galerie qui la représente) et en 2009 au Cyberarts festival de Boston.

1-Pourriez-vous décrire votre oeuvre?
Deux éléments composent « Slippery »: d’une part un « mix » d’images vidéo et d’animation digitale générative et d’autre part un visuel tiré d’une séquence et affichée dans une light box. Ce travail illustre la rencontre entre deux courants d’eau coulant dans des directions opposées: le premier monte et le second descend.

La vidéo explore le plan pictorial d’une telle rencontre, tout en essayant de trouver de nouveaux modèles de représentations qui ferait naître à la fois un mouvement perpétuel et une croissance sans fin. Ce qu’on obtient dans le cas de « Slippery » en fragmentant de manière digitale chaque prise de vue en de petites « unités fractales », puis ensuite en les recomposant au moyen d’un script aléatoire et d’une formule algorithmique.

Ce processus crée un monde à l’équilibre fragile mais au sein duquel les formes et les signifiactions sont dans un état perpétuel de régénération. Les notions de début et de fin sont floues, s’embrouillent, se mélangent, ce qui permet une quantité illimitée de dialogue et possibilités.

2- Quelles sont les références auxquelles vous faites appel?
Les deux travaux qui ont le plus influencé ma pratique artistiques sont « The Way Things Go » (Fischli and Weiss) et « Cold Dark Matter » (Cornelia Parker). Je m’intéresse à la façon dont les objets sont décontextualisés, aux différents processus de transformation, de la chaîne des événements qu’elle soit contrôlée ou non, et à la création et à la suggestion de nouvelles références. Plus spécifiquement, dans « Cold Dark Matter », je m’intéresse à la façon dont Cornelia Parker traite des matières qu’on ne peut pas voir, qualifier ou quantifier.

Pour « Slippery », c’est le livre de Norbert Wiener – « Cybernetics: or control and Communication in the Animal and the Machine » – qui m’a inspirée. Dans cet ouvrage, Wiener imagine la rencontre entre l’homme et un autre être « dont l’échelle du temps est inversée par rapport à la nôtre ». J’ai essayé de créer une oeuvre qui explore cette rencontre impossible, ceci en la transposant dans le contexte de nos mondes naturels et technologiques. Ce qui se concrétise ici par deux courants d’eau inversés.

3- De quelle manière aimeriez-vous que votre oeuvre soit perçue?
Le processus de déconstruction et de reconstruction du plan pictural crée de nouveaux espaces. J’ai envie d’encourager les spectateurs de regarder ces espaces et plus particulièrement les zones entre ces espaces, trop souvent ignorées. Ces lieux sont chargés d’énergie et peuvent être une métaphore pour des lieux potentiels de conversations, de transferts d’informations et de communication.

4- Quelle est la part intime de votre oeuvre, les éléments personnels?
La possibilité de faire se rencontrer des éléments inattendus. C’est un aspect récurrent dans mes projets qui guide aussi bien mon travail artistique, que ma manière de penser et réfléchir les choses.

www.lalies.net

jusqu’au 30 janvier 2010

Galerie Lucy Mackintosh
Avenue des Acacias 7
CH-1006 Lausanne
T. +41 (0)21 601 88 88
F.+41 (0)21 601 88 89

www.lucymackintosh.ch

Commentaires fermés sur + Lalie Schewadron jusqu’au 30 janvier 2010 galerie Lucy Mackintosh Lausanne