Ars brevis vita longa

+ Alexandra Navratil 4-5-6 décembre 2009 Trafic Festival Les Urbaines Lausanne

Posted in ., arts by sweetsweetzerland on 16/11/2009

A Fraction of a Second Earlier | Video HD, 2:45 min, colour, no sound, 2009

A Fraction of a Second Earlier | Video HD, 2:45 min, colour, no sound, 2009


Née à Zurich en 1978, Alexandra Navratil obtient un Master des Beaux-Arts du Goldsmith College de Londres en 2007. En 2009, elle reçoit le Swiss Art Award et le Prix Mobilière Young Art. Elle vient également de terminer une résidence au IMMA (Irish Museum of Modern Art) de Dublin.

1-Pourriez-vous décrire votre oeuvre?
J’essaie de déconstruire les processus de la création d’image sans pour autant annihiler leur pouvoir d’illusion. Ce visuel est tiré d’une vidéo intitulée “A Fraction of a Second Earlier”, un plan séquence qui montre de nombreux appareils d’optique tout en révélant la caméra elle-même, dans le reflet concave d’une lentille, au milieu du plan.

2- Quelles sont les références auxquelles vous faites appel?
Je m’intéresse à Buñuel (surtout à son film « L’Ange exterminateur »), à tout ce qu’a fait Robert Bresson, à quelques scènes des films de Godard, aux décors de cinéma des années 30, aux premiers films de Michael Snow, au travail de Richard Prince et Mary Ann Doane, à Hitchcock, à tout ce qui touche à la production et la technique cinématographique, à tout ce qui est relié à l’histoires des outils optiques, aux effets spéciaux, à la politique de perception, à la photographie de reconnaissance aéronautique, aux vidéos d’Aernout Mik, de Dziga Vertov, à l’architecture totalitaire etc…


3- De quelle manière aimeriez-vous que votre oeuvre soit perçue?

Je ne pense qu’au spectateur lorsque je développe une idée dans mon travail, d’autant plus dans mes vidéos. Mais je ne veux surtout pas forcer des sensations et des sentiments, ou imposer une perception particulière à mon audience. Ce qui m’intéresse c’est de produire une sorte d’équilibre entre ce que je donne et ce que je retiens, ceci ayant pour but de créer une certaine tension entre l’oeuvre et le spectateur.

4- Quelle est la part intime de votre oeuvre, les éléments personnels?
A mon sens, ce qu’il y a de plus intime et personnel dans ce travail consiste en les nombreuses anecdotes et petites histoires qui ont jalonné la réalisation du projet. Par exemple pour cette vidéo, ce qu’il y a de plus intime, c’est la façon dont j’ai trouvé le singe en peluche, comment j’ai découvert le lieu de tournage, les gens avec qui j’ai travaillé etc.
www.alexandranavratil.com

4-5-6 décembre 2009
au Home Cinema de l’association Trafic
www.trafic.li

Festival les Urbaines www.urbaines.ch

Commentaires fermés sur + Alexandra Navratil 4-5-6 décembre 2009 Trafic Festival Les Urbaines Lausanne